Historique | Institut de technologie agroalimentaire du Québec

Historique de l’ITAQ

Plus 160 ans de savoir-faire en enseignement agricole et agroalimentaire

L’ITAQ bénéficie de la plus longue expérience en enseignement de l’agriculture et de l’agroalimentaire au Québec. Depuis ses débuts, il contribue à procurer au secteur agroalimentaire sa matière première la plus fondamentale : des connaissances et de l’expertise. Depuis leur fondation, les campus de l’Institut sont toujours demeurés des écoles spécialisées. Ils constituent le plus important réseau d’enseignement technique en agroalimentaire au Québec.

École permanente d’agriculture de Sainte-Anne-de-la-Pocatière
École de laiterie de Saint-Hyacinthe

Les débuts de l’enseignement spécialisé en agriculture

Dans le contexte du début de l’industrialisation et de la progression de l’urbanisation, les écoles d’agriculture pour les garçons et les instituts d’enseignement ménager pour les filles se multiplient à l’instigation des communautés religieuses. C’est dans l’esprit de cette époque que sont créées la première école permanente d’agriculture de langue française en Amérique du Nord à Sainte-Anne-de-la-Pocatière en 1859 et la première école de laiterie au Canada à Saint-Hyacinthe en 1892. Plus tard, au début du XXe siècle, l’État prend en charge l’enseignement spécialisé susceptible de soutenir le développement de la vocation agricole du Québec. Un réseau d’une vingtaine d’écoles moyennes d’agriculture est ainsi mis en place, sous la responsabilité du ministère de l’Agriculture et de la Colonisation.

L’émergence de la formation technologique

En 1962, le ministère de l’Agriculture et de la Colonisation procède à la création des Instituts de technologie agricole. L’un d’eux est établit à Saint-Hyacinthe, dans les locaux de l’ancienne École de laiterie, en attendant la construction d’un nouvel édifice. L’autre se retrouve à La Pocatière, dans les locaux de l’École supérieure d’agriculture laissés vacants par le départ de la Faculté d’agriculture de l’Université Laval.

Un nouvel ordre d’enseignement est créé, permettant de combler le vide entre la formation de l’école moyenne d’agriculture, pour le cultivateur, et celle donnée à la faculté d’agriculture, pour l’agronome. Il permet l’émergence d’une profession intermédiaire, celle de technologue, dont le rôle va faciliter l’intégration des développements techniques en agriculture en vue d’améliorer la productivité et la rentabilité des entreprises. Les Instituts sont donc des précurseurs en offrant de la formation de niveau technique avant même la création des cégeps au Québec en 1967!

Le ministère de l’Agriculture finance le Collège Macdonald à partir de 1975, afin de rendre disponible la formation en gestion d’entreprise agricole en anglais sur le territoire québécois.

En 1976, le ministère de l’Éducation reconnaît les programmes dispensés dans les Instituts comme étant admissibles au diplôme d’études collégiales (DEC). Un programme de transition pour les diplômés est mis en place afin qu’ils puissent suivre les cours leur permettant l’obtention d’un DEC. Des cours de formation générale sont dorénavant ajoutés dans le parcours scolaire des étudiants. En plus de recevoir un diplôme de technologie agroalimentaire (DTA) délivré par le ministre de l’Agriculture, les finissants des Instituts reçoivent également un diplôme d’études collégiales (DEC) sanctionné par le ministre de l’Éducation.

Dans la foulée du nouveau régime pédagogique unifié imposé à l’ensemble des établissements de niveau collégial en 1981, les programmes développés par les Instituts deviennent les programmes-cadres du ministère de l’Éducation. À partir de ce moment, une dizaine de cégeps bénéficient du savoir développé par les Instituts et commencent à offrir le programme en gestion d’entreprise agricole. Par la suite, d’autres programmes exclusifs aux Instituts sont également autorisés dans certains cégeps.

Les armoiries de l’ITAQ

Posséder des armoiries représentant sa mission est une coutume des maisons d’enseignement. L’ITAQ n’y fait pas exception! Les armoiries sont réalisées en décembre 1965 par l’héraldiste André Genest. Le fond d’or signifie la foi, l’éclat, la justice, la force et la constance. La gerbe de blé représente les produits de la ferme, qu’ils soient d’origine animale ou végétale. Le rouge signifie la grandeur, l’audace et la vaillance. Le vert réfère au renouveau, à l’espoir et à la gaieté. Le flambeau d’argent est la lumière dont l’Institut a besoin pour diffuser son enseignement; sa couleur argent signifie la beauté, la victoire et la pureté. La devise « Chercher, comprendre, réaliser » complète les armoiries en invitant à édifier un avenir toujours meilleur.

L’ITAQ, un établissement de formation à vocation nationale

Au printemps 2003, le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (MAPAQ) fusionne les Instituts de La Pocatière et de Saint-Hyacinthe pour créer l’Institut de technologie agroalimentaire (ITA). Il y associe également le campus Macdonald de l’Université McGill. L’ITA a pour mandat de travailler au développement des ressources humaines du secteur bioalimentaire québécois. Le partenariat avec les organismes gouvernementaux et les organismes du milieu est préconisé comme mode d’intervention. Cette réorganisation permet le regroupement de l’expertise pédagogique et favorise une meilleure synergie du MAPAQ pour ses interventions en matière de développement de la main-d’œuvre.

L’Institut de technologie agroalimentaire du Québec (ITAQ) est créé le 1er juillet 2021. La création de ce nouvel organisme permet à l’Institut de réaliser pleinement sa mission. Dirigé par un conseil d’administration l’ITAQ est dorénavant sous la responsabilité du ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation.

Les désignations des campus de l’ITAQ au fil du temps

Les deux établissements sont nommés « Institut de technologie agricole » à leurs débuts en 1962. Le campus de Saint-Hyacinthe est désigné « Institut de technologie agricole et alimentaire » de 1977 à 1986. Les deux campus deviennent les « Instituts de technologie agro-alimentaire » à partir de 1986, alors que la graphie « agroalimentaire » sans trait d’union est retenue en 1998. L’ajout de la mention « du Québec » dans le nom de l’établissement en 2021 vise à refléter explicitement la vocation nationale du mandat de l’Institut.

À propos des fichiers témoins (cookies)

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez les fichiers témoins (cookies) utilisés, entre autres, afin d’améliorer votre expérience de navigation et personnaliser le contenu du site web.